Dimanche 18 septembre, 6h

ÉGLISE SAINT-MARTIN
TOURINNES-LA-GROSSE

Entre ciel et terre

Les chants polyphoniques
pour voix d’homme a capella

Ensemble vocal Vocem Flentium, sous la direction d’Arnout Malfliet

Vocem Flentium présente ce concert comme une réflexion matinale sur la vie. Ils nous conduisent à travers le monde sonore merveilleux des maîtres polyphoniques d’autrefois, de la création à la fin des temps. Une expérience magique au levé du jour, dans l’église éclairée uniquement par les bougies et avec chaises longues à dispositions des lève-tôt.

PROGRAMME:

1. La création
Nicolas Gombert (ca. 1495-1560), Missa Sancta Maria Kyrie
Adriaan Willaert (1490-1562), Pater Noster

2. La création de l’homme
Cristóbal de Morales (1500-1553), Magnificat
Thomas Crecquillon (ca. 1505-1557), Verbum caro

3. Le chemin à suivre
Alonso Lobo (1555 -1617), Ego Flos Campi
Claude Goudimel (ca. 1500-1572), Bonus et rectus Dominus

4. Entre ciel et terre
Pierre de Manchicourt (ca. 1510-1564), Media Vita
Jacobus Clemens non papa (ca. 1510-1555/6), Requiem Offertorium

5. La fin – Lamentation homophonique
Tomás Luis de Victoria (ca. 1548-1611), Taedet
Cristóbal de Morales (1500-1553), Parce Mihi, Domine

6. La mort – Repos éternel polyphonique
Jacobus Clemens non papa (ca. 1510-1555/6), Requiem Jacobus Clemens non papa (ca. 1510-1555/6), Salvator Mundi

7. La vie après la mort
Cristóbal de Morales (1500-1553), Victimae Paschalis
Pierre de la Rue (ca. 1450-1518), O Salutaris Hostia

© Wout Biesmans

Vocem Flentium

Fondé en 2014, Vocem Flentium est un ensemble vocal professionnel dédié à la riche tradition polyphonique qui atteint son apogée aux XVe et XVIe siècles.

Vocem Flentium a emprunté son nom à deux mots de Versa est in Luctum, un motet de mort d’Alonso Lobo (1555-1617). Ces deux mots « voix pleureuses » renvoient non seulement à l’interprétation vocale, mais aussi au caractère du répertoire.

Bien que la polyphonie exprime parfois une joie intense, puis une profonde tristesse, ce dernier sentiment – la mélancolie – prévaut souvent dans cette musique. Aucune trace d’exubérance extravertie, mais plutôt une douce introspection.
Dans un jeu de thèse et d’antithèse, la musique oriente les chanteurs toujours vers une synthèse. La recherche de ce point de repos, dans lequel toutes les voix se rejoignent soudainement de manière harmonieuse, est la manière la plus naturelle d’aborder cette musique.